LA FLAMME ROUSSE

Saxo d'un dernier couchant
Solo d'Eté finissant
Sanglots pour mon grand départ
Ma flamme rousse au bleu regard

L'enfant jouera sans répit
Sifflant seul sa mélodie
Si belle au visage absent
Dans son village indifférent

Deux cris d'un bateau perdu
Du fils jamais revenu

Chagrin à vivre à jamais
Refrain d'Billy Holiday
Mélan- colique il s'en va
Musique en lui dont il rêva

"Mama may have...
But god bless the child,
that's got his own"

Saxo d'un dernier couchant
Solo d'Eté finissant
Sanglots pour mon grand départ
Ma flamme rousse au bleu regard

(Pierre Méric - 13 Juillet 2003)

* * * * * * * * * *

Ecoute mp3

Retour sommaire textes de Chansons

 

CONTACT - Demande d'information sans engagement. - Partition

Enregistré 2006 Chants, Guitares Pierre Méric Contrebasse, Claude Giovanella Un thème d'abord en hommage à une interprétation de Sonny Rollins, dédié à Nikitoff ; l'horizon à l'Ouest de Rians paysage intérieur fin décembre 1966.
(ci-dessous notre orchestre Le Posteuil à Rians Août 1966)

Sonny Rollins, ce matin 21 décembre 2023 - soit 57 ans après- est à la une de France-Inter pour ses 93 ans.
C'était en fin de journée de décembre 1966 à Rians face au couchant, au retour vers la ville. Une magnifique flamme rousse s'étalait vers le couchant. François, pianiste jazz, venait de m'ouvrir la porte du chant profond en m'offrant "The bridge" de Sonny Rollins avec le guitariste Jim Hall et leur reprise de Billy Holliday : "God bless the child".

Ses paysages et sa trame vivent depuis dans la poétique de "Miroir des Eternités", de "Saxo - Ma flamme rousse" et "Le mauve, l'ambre, le rose et la nuit".

Retour sommaire des Chansons - Retour Chansons P.Méric

La guerre du feu = Savoir transmettre la flamme
avant de prétendre en être la première étincelle !
(Roman de J.H. ROSNY AINE - 1856-1940)

(Illustration de Jean Chièze - Rouge et Or 1951)

J.H. ROSNY AINE a aussi écrit un roman prémonitoire :
LA MORT DE LA TERRE (1910)
liée plus particulièrement à la disparition de l'eau !!!

(L'Utopiste était déjà celui qui a raison cinq minutes avant les autres... sinon un ou plusieurs siècles !)